Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2007 1 05 /03 /mars /2007 23:21

PREVENTION de la RAGE
C.A.T. dans le cas d'un animal mordeur (ou griffeur)
Dr C. Quilliec, d'après recommandations de l'Institut Pasteur

Conduite à tenir par la personne mordue
Conduite à tenir par le propriétaire de l'animal
Conduite à tenir par le vétérinaire chargé de sa surveillance

POINTS IMPORTANTS

 La victime vient consulter un médecin après des soins sommaires :
Vérifier VAT
Faire les soins appropriés de la (des) plaie(s)
La diriger vers le centre antirabique dans les meilleurs délais :
Consultation antirabique Institut Pasteur
du Lundi au Samedi de 9h à 12h

211 rue de Vaugirard. Paris 15ème
01 40 61 38 51

 Quelque soit le statut vaccinal de l'animal,
la victime doit tout faire pour obtenir une survellance vétérinaire minimale de 15 jours (à la charge du propriétaire)

Si l'animal est ou a été abattu, sa tête doit
être adressée sans délai
à la Direction Départementale des Services Vétérinaires

 

CONDUITE à TENIR par la PERSONNE MORDUE :
    1- En ce qui concerne l'animal :

  • - si animal domestique : s'informer des coordonnées du propriétaire et prendre rapidement contact avec lui pour demander (voire exiger) la mise sous survellance vétérinaire de l'animal (Décret du 13/9/1976). En cas de refus, faire une déclaration au commissariat ou la gendarmerie pour que soit appliquer ces mesures légales.
  • - si aucun propriétaire connu : demander la capture de l'animal par les pompiers, police-secours, la gendarmerie ou les services municipaux, et son transfert en fourrière pour une survellance identique.
  • - si la capture est impossible : dans les départements déclarés atteints par la rage, faire abattre l'animal en ne visant pas la tête. Par l'intermédiaire de Direction Départementale des Services Vétérinaires (DDSV), adresser celle-ci au plus vite à un laboratoire de diagnostic de rage officiellement agréé.

    2- Soigner la plaie : lavage à l'eau savonneuse ou eau de javel diluée. Pansement sommaire après désinfection (alcool, ether, dakin)

    3- Consulter un médecin : en apportant son carnet de VAT. Le médecin complétera les soins, vérifiera la VAT et qui dirigera la personne mordue vers un centre antirabique dans les meileurs délais.

Haut de page

CONDUITE à TENIR par le PROPRIETAIRE de l'ANIMAL :
    Tout propiétaire d'un animal mordeur ou griffeur doit le soumettre, à ses frais, à une survellance vétérinaire de 15 jours. C'est une mesure légale qui ne comporte aucune exception, que l'animal soit vacciné ou non.
    La survellance comporte 3 examens : le premier moins de 24 heures après la morsure ; le 2ème une semaine plus tard ; le 3ème deux semaines plus tard. Chacun d'entre eux est sanctionné par la remise d'un certificat règlementaire à 3 volets.

    L'animal ne doit en aucun cas être abattu avant la fin des 15 jours.
    Si il meurt, le vétérinaire chargé de la survellance doit être immédiatement prévenu pour pouvoir s'assurer du cadavre.

    Si le propriétaire ne peut garder l'animal, il doit prévenir les autorités pour qu'il soit placé en fourrière (là encore à ses frais).

Haut de page

CONDUITE à TENIR par le VETERINAIRE :
    1- Première visite : S'assurer de l'identité de l'animal en la faisant préciser par la personne mordue. Si l'animal mordeur est vivant, le faire mettre à l'attache ou en cage pendant 15 jours. Ne pas accepter de le sacrifier !
   S'enquérir de ses déplacements au cours des 8 mois passés, puis l'observer complètement et très attentivement

    2- Visites suivantes : remplir les volets spécifiant l'absence de symptômes, l'un des volets est remis à la victime de la morsure.

    3- En cas de constatation de symptômes de rage : faire enfermer l'animal en fourrière et déclarer la suspicion à la DDSV. Une survellance quotidienne est alors débutée, toujours avec remise de certificat.

    4- Si l'animal meurt : quelque soit la cause, y compris abattage humanitaire (car atteint), pendant la période survellance, sa tête doit être adressée au plus vite à la DDSV, car la décision prise à l'égard de la personne mordue dépend de ce diagnostic.

Haut de page

Partager cet article

Repost 0
Published by Dr Christphe QUILLIEC - dans Maladies infectieuses