Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 février 2007 1 05 /02 /février /2007 23:33

HOSPITALISATION D'OFFICE (HO)
(Dr. T. Fierobe le 05 fév.2007)

Elle peut concerner tout sujet dont les troubles psychiques constituent un risque majeur pour l'ordre public ou la sûreté des personnes, c'est-à-dire les malades dangereux pour eux même ou pour autrui.
La procédure d'HO peut être utilisée d'emblée ou chez un patient déjà en HDT (le préfet peut alors prendre un arrêté provisoire d'HO sans avis médical). Elle est déclenchée par l'autorité civile ou responsable de l'ordre public (maire ou commissaire de police dans les grandes villes) ou par un médecin.
C'est l'autorité préfectorale qui doit statuer dans les 24 heures, au vu du certificat médical qui comporte un descriptif du comportement dangereux.

ATTENTION :

  • - Ne pas établir de certificat sans avoir examiner le patient
  • - Ne pas étiqueter psychiatrique une pathologie organique
  • - Ne pas donner de diagnostic ni faire d'interprétation
  • - Ne pas oublier qu'il s'agit très souvent de sujets très dangereux
  • - Si examen impossible, en donner les raisons et ne pas écrire pour son compte ce qui est rapporté par l'entourage
  • - La fluctuation du comportement psychiatrique rend fondamental la rédaction d'un certificat descriptif des troubles du comportement que l'on a constaté soi-même. Ce certificat permettra au médecin expert de dire si les troubles psychiatriques ont altéré le jugement du sujet, auteur des faits (article 122-1 du code pénal).
  • - Le transfert du patient ne peut être réalisé que par une ambulance agréée avec 2 personnes à bord

LE CERTIFICAT MEDICAL :
Il doit être établi dans les mêmes conditions que pour l'HDT, sur papier à entête avec tampon.

Je, soussigné Docteur (nom, prénom), médecin urgentiste à l'Hôpital Privé d'Antony, 1 rue velpeau, 92160, ANTONY, certifie avoir examiné ce jour M. ou Mme. (nom, prénom) exerçant la profession de (profession ou sans profession), né(e) le (DDN) à (lieu de naissance), demeurant (adresse complète ou SDF), et avoir constaté les troubles suivants : (description sans donner de diagnostic, de l'état mental et des symptômes, des faits rapportés - au conditionnel - en précisant leur source : entourage, police..).
Les troubles mentaux constatés constituent un danger imminent pour la sécurité des personnes et, dans ces conditions, M. ou Mme. (nom, prénom) doit être hospitalisé(e) dans un établissement régi par la loi du 27 juin 1990, conformément à l'article L342 du code de la santé publique.
Fait à Antony le (date)
Signature :                                                                        Tampon :

Partager cet article

Repost0
Published by Dr Thierry FIEROBE - dans Psychiatrie
5 février 2007 1 05 /02 /février /2007 22:47

HOSPITALISATION à la DEMANDE
d'un TIERS (HDT
)

(Dr. T. Fierobe le 05 fév. 2007)

Elle peut se faire pour "tout sujet qui, du fait de ses troubles psychiatriques, nécessite des soins et une surveillance continue en milieu hospitalier et qui est incapable de donner son consentement à l'hospitalisation" (art. L333 du code de la santé publique).
Les pièces nécessaires sont : demande d'admission, certificat médical, lettre explicative médicale complémentaire et photocopies des pièces d'identité du patient et des tiers.

LA DEMANDE D'ADMISSION :
Elle peut être établie par un membre de la famille ou une personne lui manifestant un intérêt à l'exclusion des personnels soignant de l'hôpital psychiatrique d'accueil.
Adressée au directeur de l'hôpital psychiatrique d'accueil, elle est manuscrite sur papier libre et signée. Si la personne qui la formule ne sait pas écrire, la demande est reçue par le directeur ou l'administrateur de garde.
Elle doit comporter : Noms, Prénoms, âges et domiciles du patient et du demandeur de l'HDT, la nature des liens existant entre eux ainsi que leur degré de parenté.

Je, soussigné(e) M. ou Mme. (nom, prénom), exerçant le profession de (profession ou sans profession), né(e) le (DDN) à (lieu de naissance) et demeurant (adresse complète), demande en ma qualité de (lien de parenté ou nature des relations avec le patient) conformément à l'article L333 du code de la santé publique et aux conclusions du (ou des) certificat(s) médical(aux) ci-joint(s) demande l'admission à l'hôpital de (nom), de M. ou Mme. (nom, prénom) exerçant le profession de (profession ou sans profession), né(e) le (DDN) à (lieu de naissance) et demeurant (adresse complète ou SDF).
Dans ces conditions, M. ou Mme. (Nom, prénom) doit être hospitalisé selon les termes de l'article L333 du code de la santé publique.
Fait à Antony, le (date)
Signature :                                           Pièce d'identité : Nature et N°

DEUX CERTIFICATS MEDICAUX :
Le premier ne peut être établi que par un médecin thésé n'exerçant pas dans l'établissement accueillant le malade, qui ne doit être ni parent ni allié au directeur de l'établissement psychiatrique d'accueil, au médecin établissant le 2ème certificat, à la personne demandeuse de l'HDT ni au malade.
Le deuxième peut être rédigé par un médecin thésé de l'établissement.
Leur validité est de 15 jours après rédaction manuscrite (sur papier libre ou à entête) comportant nom, prénom, adresse du médecin, date et signature.
Ils doivent comporter identité complète du patient avec adresse complète, date et lieu de naissance, résumé chronologique des faits avec énumération des symptômes sans jamais mentionner de diagnostic ni d'étiologie.

Je, soussigné Docteur (nom, prénom), médecin urgentiste à l'Hôpital Privé d'Antony, 1 rue velpeau, 92160, ANTONY, certifie avoir examiné ce jour M. ou Mme. (nom, prénom) exerçant la profession de (profession ou sans profession), né(e) le (DDN) à (lieu de naissance), demeurant (adresse complète ou SDF), et avoir constaté les troubles suivants : (description sans donner de diagnostic, de l'état mental et des symptômes, des faits rapportés - au conditionnel - en précisant leur source : entourage, police..).
Les troubles mentaux rendent impossible le consentement du patient et imposent des soins immédiats assortis d'une surveillance constante en milieu hospitalier. Dans ces conditions, M. ou Mme. (nom, prénom) doit être hospitalisé(e) dans un établissement régi par la loi du 27 juin 1990, conformément à l'article L333 du code de la santé publique.
Fait à Antony le (date)
Signature :

Partager cet article

Repost0
Published by Dr Thierry FIEROBE - dans Psychiatrie
5 février 2007 1 05 /02 /février /2007 21:15

LA VACCINATION CONTRE LE TETANOS
(Dr T. FIEROBE le 05 fév.2007 - d'après le guide 2006 des vaccinations)
(
INPES - Direction Générale de la Santé)

CALENDRIER HABITUEL de la V.A.T. :

  • - Nourrissons et enfants : à partir de l'âge de 2 mois, 3 doses de vaccin, à 1 mois d'intervalle, et rappel 1 an après la 3ème dose, puis à 6 ans, entre 11 et 13 ans, puis entre 16 et 18 ans.
  • - si primovaccination après 18 ans : 2 doses de vaccin à 1 mois d'intervalle, avec rappels à 1 an puis tous les 10 ans

Si le shéma a été interrompu, il faut le reprendre là où il a été arrêté : il est inutile de tout recommencer !

RECOMMANDATIONS en cas de BLESSURE :

BLESSURE

Patient non
immunisé

VAT incomplète

Patient
immunisé

VAT < 10 ans

Patient
immunisé

VAT > 10 ans

Mineure
propre

V.A.T.

Rien

V.A.T.

Majeure, propre
ou tétanigène

IgH 250 UI
V.A.T.

V.A.T.

IgH 250 UI
V.A.T.

Tétanigène, ou
Débridement tardif
ou incomplet

IgH 500 UI
V.A.T.
Antibiothérapie

V.A.T.
Antibiothérapie

IgH 500 UI
V.A.T.
Antibiothérapie

 

 

 

 

 


 

 

 

 


où IgH = Immunoglobuline tétanique humaine, V.A.T.= Anatoxine tétanique 0,5 ml SC ou IM, Antibiotiques = Orbénine, Bristopen ou Pyostacine.

EN PRATIQUE, à l'HPA :

  • - V.A.T. : Soit injection immédiate d'une dose disponible, soit préférer prescrire 1 DT polio qui ser fait par le MT ou aux urgences
  • - IgH en externe : 1ampoule de 2ml (250 UI) de Gammatétanos, que le patient revient se faire injecter le jour même aux urgences.
  • - IgH si hospitalisation ou indisponibilité en ville : voire avec la pharmacie de l'HPA et injection dès que possible aux urgences.
  • - En cas de nécessité d'injection simultanée de IgH et V.A.T., utiliser 2 sites d'injections éloignés
  • Se rappeler que le Quicktest permet de connaitre le statut vaccinal du patient en cas de doute.

Partager cet article

Repost0
Published by Dr Thierry FIEROBE - dans Traumatologie
30 janvier 2006 1 30 /01 /janvier /2006 23:17

AVC

PRISE EN CHARGE des AVC aux URGENCES  (Dr. Valérie Triolaire)

Les AVC sont ischémiques (85%) ou hémorragiques (15%), cérébraux ou méningés. Tout trouble neurologique focal ou trouble de la vigilance d'installation soudaine DOIT ETRE CONSIDERER COMME UN AVC jusqu'à preuve du contraire.

L'AIT est le meilleur signe avant-coureur de l'AVC dont il partage les mécanismes et les causes. C'est également le meilleur moment pour agir sur la cause ; c'est pourquoi l'AIT DOIT TOUJOURS ETRE HOSPITALISE POUR BILAN ET TRAITEMENT DE LA CAUSE.

La conduite à tenir à l'arrivée aux urgences se résume en quelques points.

 1 - Installation rapide du patient en salle de médecine ou déchocage, en décubitus, tête légèrement surélevée à 30°

 2 - Dater le plus exactement possible l'heure de survenue des symptômes (interrogatoire patient ou famille), et rechercher ATCD et prises médicamenteuses

 3 - Examen clinique : Constantes ; Score de Glasgow ; Echelle neurologique du NIH (voir annexe à transmettre à l'UNV)

 4 - Recherche de contre-indications formelles à la thrombolyse :

  • - CI usuelles à toute thrombolyse et ...
  • - Infarctus cérébral massif >au tiers de l'artère cérébrale moyenne ou NIHSS > 25
  • - Déficit neurologique mineur ou symptômes s'améliorant rapidement
  • - Crise(s) convulsive(s) au début de l'AVC
  • - Glycémie > 2,7
  • - Début des signes > 90 min. ou au réveil du patient
  • - Refus du patient ou de sa famille (à consigner dans dossier avant transfert)

 5- Perfusion serum physiologique 1000cc par 24 heures

 6 - Prélever BIO : NFS, plaq., TP TCA, Iono urée créatininémie, glycémie, BHC si hépatopathie

 7- ECG et mise en place d'une surveillance monitorée par scope avec centralisation

 8 - SCANNER CEREBRAL : Urgence absolue en l'absence de contre-indication à la fibrinolyse ; en présence d'une CI, il peut être différé dans un délai raisonnable.

 9 - Si nécessité d'intubation, appliquer le protocole usuel d'induction à séquence rapide (cf. protocole) en utilisant les drogues ayant le moins d'effet tensionnel délétère sur le cerveau (eto/celo). Maintenir la capnie entre 30 et 40.

 10 - Prendre en charge les complications générales :

  • - Hyperthermie : perfalgan ; faire hémocultures
  • - Respecter l'HTA sauf si fibrinolyse envisagée (la maintenir < 185/110)
  • - Sinon, toléréer TA jusqu'à 220/120 ou si non menaçante : utiliser l'urapidil (5mg/h) ou nicardipine (5 à 10 mg/h.) IVSE en évitant les doses de charge
  • - Hyperglycémie : si gly > 10 mmol/l. Insuline 1 UI/h IVSE et augmenter progressivement si besoin. Maintenir la glycémie au plus près de la normale 

 11 - Transfert en UNV par le moyen le plus rapide en terme de délai d'acheminement : (TF : me signaler si changement de numéros)

  •                                       + Foch : 01 46 25 20 30
  •                                       + Pitié : 01 41 16 18 55
  •                                       + Mondor : 01 49 81 21 11 ; DECT n° 36039
  •                                       + Sainte-Anne : 01 45 65 80 00
  •                                       + Lariboisière : 01 49 95 65 12
  •                                       + Bichat : 01 40 25 71 64
  •                                       + Tenon : 01 56 01 70 00
  •                                       + Bicètre : 01 45 21 38 42 (n° direct du neurovasc. de garde), Secteur Bleu, Pavillon
                                                                Pierre Marie, Porte 2, 1er étage.

 12 - En l'absence de saignement au scanner, si le patient reste hospitalisé à l'HPA :

  1.                      1- Aspirine 300 mg/24h. + HBPM préventive + Anti-ulcéreux
  2.                      2- Soins de Nursing
  3.                      3- Reprise du traitement antérieur, y compris anti-HTA
  4.                      4- Prévenir neurologue et médecin interniste de l'hospitalisation du patient.

Partager cet article

Repost0
Published by Dr. V. TRIOLAIRE - dans Neurologie
3 février 2004 2 03 /02 /février /2004 00:16

PRISE en CHARGE des COLIQUES NEPHRETIQUES de l'Adulte
(Dr T. Fierobe le 03 fév.2007, d'après la conf. de consensus SFMU 1999)

DEFINITION : Syndrôme douloureux lombo-abdominal aigü résultant de la mise en tension brutale de la voie excrétrice du haut appareil urinaire en amont d'une obstruction quelle qu'en soit la cause

A L'ARRIVEE : reconnaissance et installation rapide dans un box, avec prise immédiate des constantes, en particulier évaluation de la douleur et prise de température : la colique néphrétique fébrile est une urgence chirurgicale
         Pose rapide d'une voie veineuse périphérique avec SSI garde veine sans ajout de KCl et, en l'absence de contre-indication :

  • - KETOPROFENE (Profenid) : 100mg IVL en 20 min.
  • - METOCLOPRAMIDE (Primperan) : 1 amp. si vomissements
  • - MORPHINE en titration IV si insuffisant.

LES EXAMENS : outre la biologie (NFS, plaquettes, CRP, TP TCA, Urée, Créatinine, Kaliémie, ECBU +/- hémocultures), l'imagerie affirme le diagnostic, en évalue la gravité (rein unique, tumeur, rupture voie excrétrice), détermine la morphologie du haut appareil et aide à évaluer les chances d'expulsion spontanée du calcul. Bien préciser le degré de doute diagnostic au radiologue qui recherchera éventuellemnt d'autres pathologies.
    Outre TDM abdopelvien, faire ASP qui permettra le suivi des lithiases urinaires radio-opaques.

                       CN SIMPLE : typique, apyrétique, sujet jeune, diurèse conservée et bonne réponse au traitement médical : PAS D'URGENCE !!! Faire scanner abdomino-pelvien sans injection  en dehors d'une grossesse dès que possible (le lendemain si vu dans la nuit)

                        CN COMPLIQUEE : fébrile, hyperalgique, oligo-anurique... Faire scanner abdo-minopelvien, si possible avec injection, en URGENCE !

HOSPITALISATION :

  • en CHIRURGIE après appel de l'urologue de garde en cas de complications (fièvre ou hypothermie ; rupture de la voie excrétrice ; hyperalgique ; I. rénale Ä. ; empierrement de la voie excrétrice après lithotripsie ; calcul > 6 mm ; transplanté rénal ; grossesse)
  • en UHTCD : si CN simple insuffisemment soulagée

Si RETOUR DOMICILE : donner et expliquer la fiche de surveillance figurant dans AMI, et remettre ordonnance (sauf si contre-indications) de :
                 - KETOPROFENE (Biprofenid) : 1 cp matin et soir per os
                 - PARACETAMOL (Dafalgan..) : 1g 4 fois par jour per os
                 - Protecteur gastrique (IPP) si ATCD ulcéreux

CAS PARTICULIERS

  • GROSSESSE : AINS non recommandés voire contre-indiqués au cours du 3ème trimestre. La prise en charge repose sur l'échographie. En cas d'hospitalisation, choisir entre urologie et maternité en fonction du risque urologique et du terme de la grossesse. Avis obstétrical indispensable du fait de la menace d'accouchement prématuré.
  • I. RENALE : les AINS sont contre-indiqués. Adapter la posologie des antalgiques et de la morphine à la clearance de la créatinine.
  • TRANSPLANTE RENAL : l'obstruction urétérale est INDOLORE !!! Elle est révélée par une augmentation de la créatinine, une baisse de la diurèse ou une infection urinaire.

Partager cet article

Repost0
Published by Dr Thierry FIEROBE - dans Urologie-Néphrologie
1 février 2003 6 01 /02 /février /2003 01:58

PRISE en CHARGE des DIABETIQUES aux URGENCES (Dr V. Triolaire)

RAPPELS

  • - L'insuline ne doit jamais être arrêtée, même en cas de jeûne : adapter les doses !
  • - L'hyperglycémie n'a pas de retentissement immédiat : seule l'hypoglycémie est dangereuse !
  • - Le délai entre injection SC et repas ne doit pas excéder 15 min.
  • - Les stylos en cours d'utilisation peuvent être conservés à T° ambiante
  • - La correction de l'hyperglycémie ne doit pas être trop rapide

DIFFERENTS TYPES D'INSULINE et adaptation des doses : rapide type NOVORAPID ; Intermédiaire type NOVOMIX 30 ; Lente type LEVEMIR

  • - RAPIDE : L'insuline du matin s'adapte à la glycémie du midi, celle du midi à la glycémie du soir et celle du soir à la glycémie de 22 h.
  • - SEMI-LENTE et LENTE : Insuline du soir sur la glycémie du matin, et inversement.

ACIDO-CETOSE
L'objectif est la disparition rapide des troubles de conscience et de la cétonurie en 24 heures. Il est potentiellement dangereux de faire descendre la glycémie en dessous de 2,5 g/l. dans les premières heures.

       MISE en CONDITION du PATIENT

  •                -Perf. serum physio : 500cc en 15 min. puis 1000cc en 1h.
  •                - Novorapid IVSE : 0,1 UI/kg/h. à réadapter
  •                - Surveillance Dextrio et BU ttes les heures.
  •                - KCl IVSE : 1,5 g/h à adapter au iono pour avoir 4<K<5
  •                - La phosphorémie peut  aussi être basse : PdiK en perfusion
  •                - Bicar de Na : seulement si pH < 7 ; 100 à 150 ml en 30-40 min.
  •                - O2 seulement si PaO2 < 80 mmHg

      EVOLUTION HORAIRE du DEXTRO :

  •                 - idem et persistance cétonurie : majoration du débit de 25%
  •                 - 0,8 < D < 1,5 : baisse débit de 50% jusqu'à dispartion de la
  •                    cétonurie et remplacer le serum physio par du G5% + NaCl.
  •                 - < 0,8 et cétonurie + : Stop 30 min. puis reprise SE à 50% débit
  •                 - < 0,8 et pas de cétonurie : stop SE ; relai par 4 injection SC

      INSULINE SOUS CUTANEE

  •                  - Dose totale : 0,3 UI/kg/24 heures
  •                  - 30% de Leveùmir le soir
  •                  - 70% de rapide à répartir aux 3 repas
  •                  - Réévaluation par le diabétologue le lendemain

      AUTRES PRESCRIPTIONS :

  •                   - Surveillance destro/2h. et BU./4h.
  •                   - Régime diabétique
  •                   - Lovenox 20mg SC tant que le patient est alité
  •                   - Recherche d'une infection et de sa cause
  •                   - HbA1C ; typage HLA ; Ac anti-insuline ;
  •                       Ac anti-GAD ; Ac anti-IA2 ; Ac anti-ICA

HYPOGLYCEMIE

      En l'absence de trouble neurologique : 3 morceaux de sucre per os, et collation avec pain, morceau de fromage ou beurre, 1 fruit.

     Si troubles neurologiques : 1 amp de G30 IVD puis relai par G10, dont la durée dépendra de l'évolution de la cause. Le débit est adapté au dextro

  •      + Si coma : répéter G30 jusqu'au réveil.
  •      + Si DID non perfusable : Glucagon 1 amp. SC (au frigo)
  •      + si DNID sous sulfamides, maintenir G10 car risque ++ de récidive

     Le DEXTRO de 22 heures est capital :

  •      + si gly < 1,4 : ne rien faire
  •      + si 0,6 < D < 1,4 : Collation
  •      + si D < 0,6 : collation précéde d'un morceau de sucre et ....
  •          adapter Novorapid du soir !

Partager cet article

Repost0
Published by Dr. V. TRIOLAIRE - dans Endocrinologie-métabolisme
2 février 2002 6 02 /02 /février /2002 00:18

SCORE DE GLASGOW Adulte (SFAR, 2006)
EVALUATION de l'ETAT de CONSCIENCE

OUVERTURE DES YEUX

  •                       4 : Spontanée
  •                       3 :  Aux ordres 
  •                       2 :  A la douleur
  •                       1 : Sans réponse 

REPONSE VERBALE

  • 5 : Orientée
  • 4 : Confuse
  • 3 : Délirante (mots compréhensibles ; conversation impossible)
  • 2 : Inintelligible (gémissements, grognements)
  • 1 : Sans réponse

REPONSE MOTRICE

  • 6 : Aux ordres 
  • 5 : Adaptée, localisatrice (à au moins 2 endroits, la réaction
                        tend
    à faire disparaître la cause de la douleur)
  • 4 : Confuse (pas de réponse orientée mais retrait rapide
  •                                       avec éloignement face à l'agression)
  • 3 : Flexion-décortication (MS : réponse en flexion lente ;
  •                                       MI : extension)
  • 2 : Extension-décérébration (MS : enroulement ; MI : extension
  •                                       + flexion plantaire)
  • 1 : Sans réponse

On obtient ainsi un score allant de 3 à 15.
Un score de 7 est la limite d'une décision d'intubation

Partager cet article

Repost0
Published by Dr Thierry FIEROBE - dans Scores
29 janvier 2001 1 29 /01 /janvier /2001 11:07

MEDICAMENTS utilisés et SEQUENCE D'INTUBATION aux URGENCES (Drs V. Triolaire et T. Fierobe)

A VERIFIER AVANT TOUT
                        - Ambu de taille appropriée et source d'O2 
                        - Matériel d'aspiration et d'intubation prêt
                        - Saturomètre +/- capnographe disponible
                        - Kit de trachéotomie disponible
                        - Voie veineuse de bonne qualité
                        - Monitorage scope, dynamap, SaO2

SEQUENCE D'INTUBATION

             PREOXYGENATION : au masque sous O2 haut débit

             INDUCTION : (ETOMIDATE ou KETALAR) + CELOCURINE

             MANOUEUVRE DE SELLICK : maintenir une pression cricoïdienne dès la perte de connaissance et jusquà ce que le ballonnet soit gonflé. L'interrompre si effort de vomissements

             LES FASCICULATIONS : bien visibles en haut du thorax et aux paupières. Apparaissent 60 sec. après injection et disparaissent en 30 à 45 sec.

             INTUBATION : juste après les fasciculations. Vérifier sa bonne position puis ventiler au ballon sous O2 haut débit. Reprendre au masque en cas d'intubation difficile.

             SEDATION : HYPNOVEL +/- (SUFENTA ou FENTANYL)

ETOMIDATE (Hypnomidate) : dans le chariot d'urgence

  • - Hypnotique pur à durée d'action brève
  • - CI : Enfant < 2 ans ; Allergie connue
  • - Dose = 0.3 mg/kg
  • - 1 amp de 20mg = 10ml. ; 2 amp complétée avec 20cc de serum physiologique donnent une solution de 1mg/ml.

KETALAR (Kétamine) : dans le coffre des stupéfiants

  • - Anesthésique général non barbiturique indiqué en particulier chez l'enfant de moins de 2 ans,
          ou si CI à l'étomidate chez l'adulte
  • - Induction adulte : 4 amp de 5 ml., soit 20 ml = 200 mg, ou 1 ml = 10 mg
  • - Induction enfant : 2mg/kg.  et jusquà 4mg/kg. chez l'enfant < 18 mois
         1 amp de 5 ml = 50mg ; 2 ml de l'amp. dans 18 ml de serum physio :
              1ml = 1mg

CELOCURINE (Chlorure de suxamethonium) : dans le réfrigerateur en salle de trauma 2

  • - Curare dépolarisant d'action rapide et courte
  • - CI Absolues : ATCD hyperthermie maligne, myopathie,
                                         ou maladie neuro-musculaire
                               Dévervation étendu récente ; AVC récent
                               Hypersensibilité à la célo. ou à l'iode
                               Déficit congénital en cholinestérases plasmatiques
  • - CI relatives : Hyperkaliémies, crush syndrôme ou brûlures étendues
                              Myasthénie ; Maladie de Steinert
                              Plaie oculaire ouverte
  • - Induction : 1 mg/kg.... Délai d'action : 30 à 60 sec.
  • - 1 amp = 100mg = 2 ml. 1 amp complétée avec 8 cc de serum physiologique donne une solution de 10 mg/ml

 HYPNOVEL (Midazolam) :

  • - Hypnotique sédatif
  • - CI = Myasthénie, intolérance ou allergie aux benzos.
  • - Posologie : 0,1 mg/kg/heure IVSE à augmenter progressivement
  • - 1 amp = 50mg = 10ml ; 1 amp complétée avec 40 ml de serum physiologique donne une solution de 1mg/ml.

SUFENTA (Sufentanil) :

  • - Analgésique morphinomimétique très puissant
  • - Posologie : 0,2 à 1 gamma/kg/h. IVSE
  • - 1 amp = 50 microg. = 10 ml ; 1 amp complétée avec 40 ml de serum physiologique donne une solution de 1 gamma/ml.

FENTANYL:

  • - Analgésique morphinomimétique moins puissant et surtout avec accumulation importante
  • - CI = Grossesse et allaitement ; Allergie connue 
  • - Posologie : 2 à 6 gamma/kg/h. IVSE
  • - 1 amp = 0.5 mg = 10 ml ; 1 amp complétée avec 40 ml de serum physiologique donne une solution de 10 gamma/ml.

Partager cet article

Repost0
Published by Drs V. TRiOLAIRE & T. FIEROBE - dans Réanimation
1 avril 1940 1 01 /04 /avril /1940 15:42

  DEFINITIF V1 (mis à jour le 19/06/2012)
Pas de vacances 


 Ven

1

 

Mohebbi

 Sam

2

 

Thierry

Dim

3

 

Bossi

Lun

4

 

Mohebbi

  Mar

5 

 

Kerkeni

 Mer

6

 

Ammar

 Jeu

7

 

Pham Minh

Ven

8

 

Fratea

Sam

09

 

Lamonerie

 Dim

10

 

Zarka

Lun

11

 

Fierobe Th.

Mar

12

 

Ammar

Mer

13

 

Illouz

Jeu 14   Kerkeni
Ven 15   Quilliec
Sam 16   Thierry
Dim 17   Tomberli
Lun 18    Kerkeni
Mar 19   

Ammar

Mer

20

 

Mohebbi

Jeu

21

 

Fratea

Ven

22

 

Pham Minh

Sam 23   Quilliec
Dim 24   Fratea
Lun 25   Dupuis
Mar 26   Fierobe Th.
Mer 27   Quilliec

Jeu

28

 

Fierobe Th.

Ven

29

 

Bossi

Sam

30

 

Dupuis

Dim

1/7

 

Lamhaut

Partager cet article

Repost0
Published by Dr David AMMAR - dans Listes de gardes
31 mars 1940 7 31 /03 /mars /1940 15:42

  DEFINITIF V1 (mis à jour le 24/06/2012)
Pas de vacances 




8.20

8.20

10.22

12.24

  Nuit USC

 Ven

1

JDC

DA

CL

LC

 

ESF

Mohebbi

 Sam

2

CQ

PMC

JDC

NF

 

DA

Thierry

Dim

3

PMC

ESF

EK

CQ

 

JDC

Bossi

Lun

4

JPD

TF

PMC

EK

 

CQ

Mohebbi

  Mar

5 

SI

EK

DA

JDC

 

TF

EK

 Mer

6

LC

SI

PMC

CQ

 

JDC

DA

 Jeu

7

TF

DA

NF

SI

 

ESF

PMC

Ven

8

DA

SI

NF

JPD

 

CQ

Fratea

Sam

09

SI

JPD

PMC

CL

 

DA

Lamonerie

 Dim

10

CQ

CL

JPD

TF

 

SI

Zarka

Lun

11

LC

TF

EK

JPD

 

PMC

TF

Mar

12

NF

CQ

SI

ESF

 

LC

DA

Mer

13

SI

XF

JPD

CQ

 

CL

SI

Jeu 14 EK NF CQ LC   PMC EK
Ven 15 DA EK TF LC   SI CQ
Sam 16 ESF CL LC NF   EK Thierry
Dim 17 CL ESF SI NF   TF Tomberli
Lun 18  EK NF LC CL   JDC EK
Mar 19  CQ PMC ESF TF   LC

DA

Mer

20

PMC XF CL NF   EK

Mohebbi

Jeu

21

NF SI DA TF   JDC

Fratea

Ven

22

ESF SI DA JPD   TF

PMC

Sam 23 JPD CL LC JDC   NF CQ
Dim 24 JDC JPD PMC LC   ESF Fratea
Lun 25 PMC EK CQ GF   DA JPD
Mar 26 ESF TF JDC GF   EK TF
Mer 27 JPD NF GF JDC   PMC CQ

Jeu

28

JDC

LC

ESF

EK

 

NF

TF

Ven

29

JDC

DA

JPD

LC

 

CQ

Bossi

Sam

30

LC

TF

JDC

DA

 

CL

JPD

Dim

1/7

TF

CQ

NF

JDC

 

DA

Lamhaut

Partager cet article

Repost0
Published by Dr David AMMAR - dans Listes de gardes